L'actualité

OSMIA LEVE 500 000€ POUR SES ABEILLES POLLINISATRICES

 
OSMIA LEVE 500 000€ POUR SES ABEILLES POLLINISATRICES

Installée depuis 2014 sur l’Agropole d’Agen, la société Osmia, qui élève différentes abeilles pollinisatrices en fonction des cultures, vient de lever 500.000 € auprès d’Aquiti Gestion, Emertec et Expanso.

Thibaut Dancette, passionné qui travaillait sur le projet depuis trois ans, et Franck Mariambourg, qui a fait l'essentiel de la carrière dans l'agroalimentaire et notamment dans la logistique, ont créé Osmia en 2014 à l'Agropole d'Agen. Osmia, parce que c'est le nom scientifique qui désigne différentes espèces d'abeilles solitaires jouant un rôle important dans la pollinisation ; Agen, parce que le bassin du Sud-Ouest propose plusieurs cultures différentes pour développer leur projet et que "la Région Aquitaine nous a beaucoup aidés dès le départ", commente Franck Mariamboug, alors qu'ADI (Aquitaine Développement innovation) les a soutenus dans leur levée de fonds qui vient de se solder sur un montant de 500.000 € auprès d'Aquiti Gestion, Emertec et Expanso.

"Cette première levée de fonds va permettre d'accélérer notre déploiement commercial, de sécuriser nos programmes R&D et de travailler à l'industrialisation de nos processus. L'entrée au capital d'Osmia des fonds Aquiti Gestion, Emertec et Expanso représente pour nous une excellente combinaison : Aquiti Gestion et Expanso renforcent notre ancrage en Aquitaine, région qui nous apporte un soutien sans faille depuis le démarrage ; Emertec, fonds national, nous fait bénéficier de son réseau et de son expérience dans les domaines des biotechnologies et de la croissance durable", détaille Franck Mariambourg, président d'Osmia.

La société s'adresse en particulier aux cultures dont les plantes sont pollinisées par les insectes (certaines le sont par le vent), notamment dans les filières de l'arboriculture fruitière, des oléagineux et des semences.

"Aujourd'hui la pollinisation s'appuie sur des abeilles domestiques avec des ruches disposées sur des parcelles, mais il existe de nombreuses espèces différentes et qui sont des pollinisatrices bien meilleures que les abeilles domestiques, elles ne font pas de miel et ne vivent pas en ruche", explique Franck Mariamboug.

1 M€ de chiffre d'affaires en 2016

Le savoir-faire de l'entreprise : identifier sur une culture donnée quelle est la meilleure abeille pour la pollinisation et contribuer de façon significative à l'augmentation de la qualité et des rendements des productions agricoles. C'est tout l'objet de sa R&D. Le travail de la société est de savoir lesquelles peuvent être élevées en masse pour les amener juste à temps sur les parcelles, puisque certaines cultures ont des périodes de pollinisation limitées à une semaine.

Osmia a déjà commencé à constituer ses cheptels, dont les insectes seront prêts l'an prochain. Pour le premier exercice 2015, la société a commencé sa commercialisation  auprès d'arboriculteurs du Sud-Ouest, producteurs de pommes et de poires. L'entreprise travaille désormais sur trois espèces différentes : deux de printemps, dédiées à l'arboriculture fruitière et au colza, et une d'été, pour les semences.
Osmia, qui emploie aujourd'hui 4 salariés et devrait en compter 7 à la fin de l'année pour un chiffre d'affaires de 150.000 à 200.000 euros, prévoit de réaliser en 2016 un CA de 1M€.

D'ici 18 à 24 mois, une deuxième levée de fonds est envisagée pour passer à un développement plus important. Osmia, qui facture ses services 250 à 600 € l'hectare en fonction des cultures, compte ouvrir 10 à 15 bases sur le territoire national pour être au plus près de ses clients à qui elle fournit le matériel et les insectes.

 La Source:La Tribune

 




Voir toutes les actualités

EMPLOI 47 vous accompagne dans vos recrutements

En savoir plus

S'abonner à la newsletter

Recevez nos lettres d'informations afin de tout savoir sur l'actualité de l'emploi dans le Lot-et-Garonne