L'actualité

LES CRESSONNIERES D'AQUITAINE EN VOIE DE DEVELOPPEMENT

 
LES CRESSONNIERES D'AQUITAINE EN VOIE DE DEVELOPPEMENT

Deux présidents de département, Camani pour le Lot-et-Garonne et André Viola pour l'Aude, visitaient hier les Cressonnières d'Aquitaine. Une entreprise qui parle d'avenir.

«Raphaël est revenu.» Ce pourrait être une anecdote, c'est surtout, par la voix de François Viot, la justification de l'avenir d'une entreprise familiale qui, sur 16 hectares, développe à Boé une production très particulière : le cresson. Nous produisons 700 tonnes de cresson en botte ou en sachet et 70 tonnes à destination des transformateurs» explique Raphaël Viot en accueillant Pierre Camani et André Viola, le président du conseil départemental du Lot-et-Garonne ainsi que le président du conseil départemental de l'Aude. Une visite organisée dans un cadre très particulier, «il s'agit d'un échange d'expérience avec visite de structures dynamiques et/ou performantes.» En visite aux «Cressonnières d'Aquitaine» implantées en bord de Garonne sur la plaine de Boé, les deux élus viennent de découvrir ou de redécouvrir une entreprise dynamique qui réalise un chiffre d'affaires de 1,8million d'€ par an. «En France et aussi en Angleterre. La consommation de cresson en Angleterre est dix fois supérieure à ce qu'elle est dans l'hexagone» ajoute Raphaël Viot, 26 ans, qui se lance dans un projet de développement, «bien avancé. Nous allons créer un nouveau centre de conditionnement.» L'entreprise, qui emploie aujourd'hui 19 équivalents temps plein, devrait à terme créer 15 emplois de plus. «Notre ambition est de porter le chiffre d'affaires à 3millions d'€.» Le nouveau centre de conditionnement devrait sortir de terre d'ici la fin de l'année. «En plus nous allons acquérir de nouvelles surfaces de production, l'équivalent de 10 hectares. Nous allons ajouter une nouvelle production à notre activité: les fines herbes, les herbes aromatiques.» L'entreprise vient de plus d'enregistrer une augmentation sensible du nombre de ses clients, «20% de plus! Ce qui nous permettra d'avoir un chiffre d'affaires constant. Les nouveaux clients compensant les pertes potentielles dues aux problèmes climatiques de cet hiver 2015-2016.»

Les légumes d'hiver souffrent…

Le président de «Légumes de France», Jacques Rouchaussé, était en visite aux «Cressonnières d'Aquitaine». Une visite de plus dans les exploitations pour vérifier ce qui est une réalité», ailleurs, «les légumes d'hiver connaissent des problèmes de surproduction et de mévente à cause des conditions climatiques de cet hiver. Pour les salades ou les poireaux, les productions atteignent parfois 45 % de perte. Et les producteurs sont souvent obligés de détruire les stocks.»

La Source : La Dépêche.fr

Photo : J.M MAZET




Voir toutes les actualités

EMPLOI 47 vous accompagne dans vos recrutements

En savoir plus

S'abonner à la newsletter

Recevez nos lettres d'informations afin de tout savoir sur l'actualité de l'emploi dans le Lot-et-Garonne