L'actualité

COMMERCES : TOUJOURS PLUS AU SUD SANS PERDRE LE NORD

 
COMMERCES : TOUJOURS PLUS AU SUD SANS PERDRE LE NORD

Tandis que la zone commerciale au sud de la ville préfecture ne cesse de grossir, au nord, un projet devrait permettre de développer une zone commerciale.

Vendredi, les membres de la Commission départementale d'aménagement commercial (CDAC) ont rendu un avis favorable pour l'implantation de nouveaux bâtiments commerciaux sur la commune de Castelculier. Avec la mise en place de la déviation, la zone sud d'Agen ne cesse de se développer et de s'étendre. Au nord, le développement commercial avance mais à une vitesse bien moins élevée.

Ainsi, Castelculier devrait accueillir dans un peu plus d'un an, l'enseigne Biocoop qui quittera ses locaux à proximité du Marché d'intérêt national (MIN). Pour l'heure, dans ce projet de huit commerces sur une surface de 3400 m2, Biocoop est l'unique certitude, des négociations étant en cours pour savoir qui s'installera au niveau du rond-point de Trignac. «Ce nouvel ensemble est la phase II du projet. La première partie avec la station de lavage, Leader Price et la boulangerie a validé le potentiel de la zone», explique Jean-Philippe Bach, de la société Dimco en charge de la commercialisation de la zone. Et l'homme d'ajouter : «Il y a un passage très important de voitures sur le rond-point, la zone est dynamique».

Plus au nord d'Agen, Bruno Dubos, maire de Foulayronnes, espère pouvoir s'appuyer sur les mêmes arguments pour développer la zone du Rouge. «L'Agglo a fait un vrai travail collaboratif avec la municipalité pour finir d'équiper la zone du Rouge. Aujourd'hui, la zone est sauvée», se félicite le maire.

Sauvée car dans quelques mois, Intermarché quittera ses locaux de l'avenue du Caoulet pour rejoindre la zone.

Passant de 2000 à 2500 m2, trois boutiques, dont une brasserie, se grefferont aux trois déjà implantées dans la galerie marchande, dans un bâtiment ultramoderne et proposant des services 24 heures/24 comme une machine à pain.

Pour le long terme, la solution, c'est Camélat

Aujourd'hui, avec plus de 10 000 véhicules par jour qui circulent à proximité, l'objectif est «de capter le flux qui irrigue tout de même Agen», explique Philippe Pinos, responsable de l'actuel et du futur Intermarché. Avec cette locomotive commerciale, Bruno Dubos s'évertue à attirer d'autres enseignes pour compléter la zone.

Pour autant, l'élu mise également sur un autre point : «L'enjeu pour Agen-Nord à long terme, ce n'est pas le développement de la zone mais bel et bien celui des infrastructures. Avec le pont de Camélat, on ne parlera plus d'Agen-Nord et d'Agen-Sud. Le pont rapprochera Agen-Nord du Technopôle, de l'autoroute, etc.». Néanmoins, avant de voir les premiers engins de chantier s'affairer à la construction du pont du côté de Colayrac-Saint-Cirq — Jean Dionis a annoncé sa mise en service pour 2020 -, Intermarché aura accueilli ses clients dans ses nouveaux locaux depuis de nombreux mois.

Programmée pour le mois de septembre 2017, l'ouverture du nouvel Intermarché ne permettra pas de rééquilibrer l'offre commerciale avec Agen-Sud. Elle permettra surtout de dynamiser une zone qui n'attendait que cela.

La Source : Le Petit Bleu 




Voir toutes les actualités

EMPLOI 47 vous accompagne dans vos recrutements

En savoir plus

S'abonner à la newsletter

Recevez nos lettres d'informations afin de tout savoir sur l'actualité de l'emploi dans le Lot-et-Garonne