L'actualité

Un secteur industriel plein de ressources : Septuors Lot-et-Garonne 2016

 
Un secteur industriel plein de ressources : Septuors Lot-et-Garonne 2016

Les Septuors mettent en avant les entreprises méritantes du département

A mi-chemin entre Toulouse et Bordeaux, le toujours très dynamique département du Lot-et-Garonne ne manque pas d’initiatives, de réussites économiques et d’entreprises innovantes. Pour accompagner le rayonnement de celles-ci, le Groupe Dépêche du Midi a conçu la cérémonie des Septuors. Depuis trois ans, celle qui n’était que régionale et avait lieu tous les deux ans, est devenue annuelle et départementale. Le succès de la manifestation  a été immédiat et  elle revient pour la seconde fois en Lot-et-Garonne avec de nouvelles entreprises à découvrir.

Lors de cette 2e édition dans le Lot-et-Garonne, on retrouve 18 entreprises sélectionnées qui se disputeront le prix dans chacune des six catégories primées : Environnement, Tourisme / Bien-Etre / Promotion du Territoire, Performance Economique et Commerce, Entreprise Naissante, Agroalimentaire, et Industrie. Une dix-neuvième entreprise sera récompensée d’un prix Coup de cœur attribué par le jury.
Composé de parrains, ce jury regroupe des acteurs influents du Lot-et-Garonne qui soutiennent l’initiative mais ont surtout un regard avisé sur la situation économique de leur territoire. Pour cette édition, on retrouve entre autres la CCI, Cilopée, le Conseil Départemental du Lot-et-Garonne, L’Union des Commerçants et Artisans d’Agen, Le Petit Bleu et Hop.

A l’occasion de la cérémonie de remise des trophées, une entreprise de la catégorie « Industrie » sera notamment récompensée par Sébastien Bouchereau, Directeur de la rédaction du Petit Bleu. Les trois entreprises nominées dans cette catégorie sont Albatros France, Optimum et Rotomod.

Interview de Sébastien Boucherau, Directeur de la rédaction du Petit Bleu

Avec le recul et à l’heure d’aborder cette nouvelle cérémonie des Septuors dans le Lot-et-Garonne, quelle expérience retirez-vous de la première édition de l’an passé ?
Cette cérémonie, qui permet de valoriser le tissu économique local et de pointer les acteurs de l’excellence, a été une réussite en tous points. Le Lot-et-Garonne regorge de porteurs de projets avec des filières lisibles comme l’agroalimentaire mais aussi dans d’autres secteurs. Cette cérémonie donne un coup de projecteur sur ceux qui animent notre territoire et le valorisent. Quand on croise des chefs d’entreprise au quotidien, on nous parle de ces Septuors. Il y a un véritable effet miroir et on ressent que les chefs d’entreprise ont envie de communiquer.

Quel regard portez-vous sur les dynamiques et les réussites entrepreneuriales de votre territoire ?
Dans le Lot-et-Garonne, comme on le dit pour la France, on n’a pas de pétrole mais on a des idées.
Ce département est atypique puisque coincé entre deux grandes métropoles qui aspirent le dynamisme. Il a tout de même su trouver sa place et montrer qu’une nouvelle voie est possible. Nous avons des hommes et des femmes sur notre territoire, audacieux et performants dans de nombreux secteurs d’activités, dans l’agroalimentaire avec l’Agropôle mais aussi dans l’industrie et l’aéronautique. Cette dynamique est portée par les collectivités et la CCI qui aident les entreprises à s’implanter et à se développer en Lot-et-Garonne. Il y a aussi une réelle stratégie du numérique, car l’on constate que le Lot-et-Garonne met tout en œuvre pour être connecté. Des clusters se mettent en place et dégagent des perspectives intéressantes. Des gens et des entreprises viennent s’installer dans le département attirés par une qualité de vie différente des grands centres urbains, mais aussi par des dispositifs qui permettent de se développer.

Que pouvez-vous nous dire sur les trois entreprises sélectionnées pour cette cérémonie et cette catégorie « Industrie » ?
Ce sont toutes trois des entreprises exemplaires qui sont encouragées par les collectivités locales ou la CCI. Il y a Optimum, une entreprise historique de l’Agenais établie à l’Agropôle, performante et leader sur son marché,  qui montre que l’on peut avoir des projets industriels performants dans la durée. On retrouve également Albatros, qui participe à la prise en charge du handicap en développant un concept innovant en y mettant beaucoup de cœur et d’humain. Enfin, Rotomod, une référence dans la conception de canoës, qui compte une soixantaine de salariés et dont la réussite est remarquable.

Les entreprises sélectionnées :

Des portes de placards made in 47 avec Optimum
La société Optimum créée en 1981 au Passage d’Agen est toujours florissante avec deux sites de production dans le Lot-et-Garonne et un troisième à Lille dans le Nord. Son activité, c’est de produire des portes de placards essentiellement coulissantes, et en parallèle, d’aménager les espaces de vie de la maison : rangement, dressing…

Rachetée par un fond d’investissement toulousain en 2015, IXO Private Equity, type LBO, l’entreprise Optimum est toujours installée dans l’Agropole agenais et compte 220 collaborateurs sur l’ensemble de ses sites qui produisent chaque année près de 1,4 million de portes de placards pour un chiffre d’affaires qui s’élève à 60 millions d’euros. Elle est reconnue unanimement sur le marché pour sa très bonne réactivité et son service client  : respect des délais, SAV… « Nos clients n’ont jamais de mauvaises surprise !» indique son PDG, Jean-Luc Guéry. L’entreprise fait également partie du programme « Usine du futur » initié par le Conseil Régional d’Aquitaine depuis deux ans. Depuis son rachat, Optimum poursuit ses investissements : des investissements tout d’abord industriels pour le remplacement des machines pour des outils plus modernes, des investissements sur le site même avec un nouveau magasin d’usine au Passage depuis 2016 et une nouvelle interface marchande sur le net. Enfin, Optimum continue de développer des innovations avec l’embauche récente d’un ingénieur et la mise en place d’un bureau d’études. En un an, ce bureau d’études a déposé quatre brevets.

Albatros France, spécialiste dans le positionnement de personnes handicapées
Entreprise familiale, Albatros France est installée à Port Sainte-Marie depuis 1992. Son créneau, c’est la personne lourdement handicapée qu’elle va prendre en charge de façon plutôt inédite et pour son plus grand confort. En effet, dotée d’un camion atelier, la structure se déplace directement chez chaque patient pour effectuer lors d’un seul et même rendez-vous le moulage, l’essayage et l’ajustage d’appareillages à la pointe de l’innovation. « Il faut savoir que pour une entreprise classique, il y a environ un mois d’attente entre ces deux étapes. Nous faisons gagner du temps à nos patients car nous confectionnons sur place après le moulage, une ébauche en mousse permettant un essayage immédiat et une validation du positionnement » martèle Claire D’Huyvetter, orthoprothésiste et fille du PDG. « Cette opération se fait sans contrainte  et nous ne parlons pas d’argent car la prestation est prise en charge à 100% par la Sécurité Sociale » poursuit-elle. Fort de cette expérience et ce savoir-faire, il existe aujourd’hui 11 agences Albatros un peu partout en France : Bordeaux, Toulouse, Bayonne, Lyon, Marseille… L’entreprise qui travaille aussi bien avec les particuliers que les professionnels type IME, CAMPS et MAS, développe régulièrement de nouveaux produits comme, en 2015, un support roulant pour les enfants, avec un design original. Aujourd’hui, l’entreprise qui emploie 70 collaborateurs dont 45 dans le Lot-et-Garonne est en train de développer un support permettant la verticalisation des patients.

Rotomod transforme le polyéthylène par rotomoulage 
Créée en 1973, l’entreprise Rotomod a prospéré en transformant notamment le polyéthylène par le procédé de rotomoulage destiné essentiellement à la fabrication de canoës kayaks (75 % de l’activité). « On a été les premiers à développer cette technique à partir de moules creux dans lesquels on verse de la poudre de polyéthylène. Chauffé au four à 350°c avec un support qui tourne, le polyéthylène nappe les parois. Avec ce système, il faut compter 20 minutes de cuisson et 20 minutes de refroidissement. Cette dernière étape  contracte le bateau, le rigidifie et le solidifie »dévoile Vincent Mas, le Président de Rotomod depuis 2016, ancien directeur commercial depuis 1993. D’autres produits se sont greffés à l’activité avec du mobilier de jardin, du luminaire, mais aussi des cuves pour le traitement des vignes, des déflecteurs et séparateurs autoroutiers, du balisage maritime… « L’avantage du polyéthylène est que sa méthode de transformation est intéressante pour les moyennes séries, le process est moins coûteux que la production fibre, plus rapide et nécessitant moins de main-d’œuvre » poursuit-il.

Aujourd’hui Rotomod emploie une soixante de salariés à temps plein (dont une cinquantaine dans le Lot-et-Garonne) et une vingtaine de personnes supplémentaires lors de  pics d’activité, pour un chiffre d’affaires avoisinant les 9 millions d’euros. Plus de 45% de sa production loisir prend la route de l’export.

La Source : La Dépêche.fr

 




Voir toutes les actualités

EMPLOI 47 vous accompagne dans vos recrutements

En savoir plus

S'abonner à la newsletter

Recevez nos lettres d'informations afin de tout savoir sur l'actualité de l'emploi dans le Lot-et-Garonne