L'actualité

Fonroche cède sa branche solaire

 
Fonroche cède sa branche solaire

Le spécialiste lot-et-garonnais des énergies renouvelables Fonroche opère une scission de ses activités. La branche solaire est reprise par une alliance constituée d'Eurazeo et d'InfraVia. Fonroche se recentre sur ses activités géothermie et biogaz.

Eurazeo, société d'investissement cotée, était actionnaire (à hauteur de 39 %) de Fonroche. Elle partagera désormais le développement de Fonroche Solaire avec InfraVia Capital Partners, société de gestion spécialisée dans les infrastructures notamment du domaine énergétique. Les deux actionnaires possèderont respectivement 47 % et 53 % du capital. L'opération a été réalisée pour un montant non communiqué.

"L'activité de Fonroche Solaire a représenté en cumulé à ce jour 230 MW gérés et développés en France et à l'international, dont 110 MW pour compte propre. 88 MW supplémentaires ont  été par ailleurs remportés dans le cadre de l'appel d'offres CRE III de la Commission de régulation de l'énergie (...). Dans le domaine solaire, Fonroche avait réalisé en 2016 un chiffre d'affaires d'environ 100 M€", précisent les deux nouveaux propriétaires dans un communiqué commun.

La nouvelle structure sera bientôt rebaptisée pour marquer cette rupture, mais elle conserve son directeur général, Thierry Carcel. Sa stratégie sera axée sur le développement de centrales solaires en France et à l'international, jugés comme étant "des actifs prometteurs sur le marché des énergies renouvelables".

La fin d'une activité historique pour Fonroche

"Fonroche Solaire est une superbe plateforme photovoltaïque, avec une excellente équipe de management, un parc existant de grande qualité et un immense potentiel de développement en France et à l'étranger", explique Vincent Levita, fondateur et PDG du nouvel actionnaire majoritaire, InfraVia.

Créé en 2008 par Yann Maus, basé à Roquefort dans le Lot-et-Garonne, le groupe Fonroche Energie a commencé par le solaire photovoltaïque avant de progressivement se diversifier vers le biogaz et la géothermie. Il se recentre donc désormais exclusivement sur ces deux énergies, très gourmandes en capitaux car moins matures, sous la houlette exclusive de Yann Maus, seul actionnaire depuis la scission. "Fonroche a notamment 10 projets de centrales géothermiques dans ses cartons, et espère construire de 2 à 3 centrales biogaz par an dans les années à venir, pour un besoin d'investissement total (dette comprise) estimé à 600 millions d'euros", relatent nos confrères des Echos.

La Source : La Tribune




Voir toutes les actualités

EMPLOI 47 vous accompagne dans vos recrutements

En savoir plus

S'abonner à la newsletter

Recevez nos lettres d'informations afin de tout savoir sur l'actualité de l'emploi dans le Lot-et-Garonne

Consultez nos mentions légales pour en savoir plus sur le traitement des données personnelles.