L'actualité

Bastien Bordes, un emploi sur le chemin de l'avenir - Emploi47

 
Bastien Bordes, un emploi sur le chemin de l'avenir - Emploi47

 Il a bientôt 20 ans et a toujours voulu travailler avec les enfants. Bastien Bordes a signé à Saint-Hilaire-de-Lusignan l'un des premiers emplois d'avenir. Rencontre.

La voix timide et mal assurée qu'on avait entendue au téléphone s'apaise et se pose quand il s'agit de parler de son métier. Pour une raison qu'il n'arrive pas bien à définir -si ce n'est sa proximité naturelle avec les mômes et son amour pour ses petits cousins-, d'aussi loin qu'il s'en souvienne, Bastien Bordes, 20 ans en avril, a toujours voulu travailler avec les enfants.
C'est désormais chose faite et au moins pour les trois ans qui viennent. Bastien fait, en effet, partie des premiers signataires d'un contrat emploi d'avenir, le dispositif mis en place depuis la mi-novembre par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault pour aider les jeunes peu ou pas qualifiés à s'insérer sur le marché du travail.
Bastien Bordes, employé par la mairie de Saint-Hilaire-de-Lusigan depuis le 1er janvier comme animateur petite enfance, contrevient toutefois un peu à la règle : il possédait déjà une qualification. «Après la 3e, je me suis orienté vers un BEP sanitaire et social au lycée de Nérac avant d'opter pour un CAP petite enfance à Marmande».
Objectif : directeur de centre de loisirs
Le jeune homme peine tout de même à trouver un emploi et s'engage en service civique. Pendant 6 mois, il travaille dans les quartiers difficiles d'Agen, où il aide aux devoirs et anime des ateliers lecture. Il travaille un peu au centre de loisirs du Passage quand s'offre à lui la perspective d'un contrat à Saint-Hilaire, à quelques centaines de mètres de chez ses parents où il vit toujours, le long de la RD 813.
«Pour moi, c'est du pain béni : cela me permet d'avoir une visibilité sur 3 ans et de m'assumer financièrement».
Et surtout, le contrat d'avenir, à la différence d'un job aidé classique, impose à l'employeur d'assurer à son employé une formation qualifiante. Bastien, lui, a déjà son projet en tête, validé par la Mission locale d'Agen, qui pilote le dispositif, mais également par la mairie qui l'emploie : «Je veux passer un brevet professionnel pour diriger des centres de loisirs».
Reste maintenant à trouver un centre de formation qui accepte sa candidature. Et, surtout, à financer cette formation de 900 heures et 6 000€. L'agglomération d'Agen vient justement de voter le principe d'une aide aux communes qui emploient des contrats d'avenir. Le dossier suit donc son cours.
Et le travail au fait ? «Pendant les vacances, je suis animateur au centre de loisirs de Saint-Hilaire. On encadre des ateliers sur la faune, la flore, on organise des sorties, des activités».
Dès ce matin, Bastien a retrouvé le chemin de l'école : il encadre la garderie des petits le matin et le soir. En journée, il épaule la maîtresse de sa classe de maternelle, chez les petits-moyens. Et commence donc, déjà, à préparer son avenir.
 
Source: http://www.ladepeche.fr/article/2013/03/18/1585004-bastien-bordes-un-emploi-sur-le-chemin-de-l-avenir.html

 




Voir toutes les actualités

EMPLOI 47 vous accompagne dans vos recrutements

En savoir plus

S'abonner à la newsletter

Recevez nos lettres d'informations afin de tout savoir sur l'actualité de l'emploi dans le Lot-et-Garonne